Tensiométrie : les Monitor R2-DX, R2-DL, R2-DX-smart (…) sont les outils les plus utilisés en France

À la fin de l’année 2018, 2900 Monitor étaient en action.  Seule une courte majorité de mesures tensiométriques étaient encore effectuées manuellement. La proportion, qui était de 100% avant 2007, diminue progressivement au profit de l’enregistrement avec ou sans transmission.

La sonde tensiométrique Watermark, connectée ou pas, est le capteur d’humidité du sol le plus utilisé en France et en Europe, depuis des décennies. En France, actuellement, 80 à 85 000 sondes Watermark sont en action chaque année, sur toutes les cultures irriguées : grandes cultures de blé, orge, pois, maïs, betterave, tournesol, soja, sorgho, pomme de terre, oignon, luzerne, féverole… En arboriculture également : fruits à pépins et fruits à noyaux, semences de lignées et de multiplication, semences potagères sous abri, maraîchage pleine terre et sous abri, vigne, olivier. Sur cycles végétatifs : légumes feuille ou racine. Et sur des cycles reproducteurs pour la graine.

La tensiométrie sert également dans le domaine géotechnique comme sur les plantes d’ornement, les arbres transplantés, les espaces verts ou encore les golfs…

Nos packs de 8 à 16 sondes tensiométriques, extensibles pour l’expérimentation à 32 sondes, s’adaptent sur 2 à 6 niveaux différents dans le sol, allant de 7 cm à 5 m de profondeur, sur tout type de texture de sol, du plus sableux au plus argileux, pour tout mode d’irrigation : gravitaire, aspersion par sprinkler, couverture intégrale, enrouleur, rampe sur enrouleur, rampe frontale, pivot, micro-aspersion et goutte-à-goutte de surface ou enterré (agriculture conventionnelle, arboriculture, agriculture de conservation, agro-foresterie, agriculture bio)…

La tensiométrie est une technique open-source utilisée par les professionnels (agriculteurs et conseillers techniques) et les chercheurs

De notre passé d’agriculteur et conseiller, nous et nos partenaires appliquons quelques principes simples pour obtenir des résultats immédiats et pérennes : technique open-source, prix raisonnable, meilleur rapport qualité-prix-service du marché, solidité technique, respect des prescriptions scientifiques, aide à la mise en œuvre, conseil hebdomadaire en ligne.

La tensiométrie est une technique utilisée, amendée, validée de longue date, par tous les instituts de recherche appliquée : CEMAGREF, ITCF, IRSTEA, ARVALIS, CTIFL, CIREA, SERAIL, CETIOM, FNAMSCEREMA, INRAE, INVENIO, CSTC, AGROSCOPE

Le concurrent principal du pilotage de l’irrigation par la tensiométrie est le conseil de masse, basé sur le bilan hydrique, qui est une technique de cadrage, diffusée gratuitement à grande échelle depuis des décennies, qui permet d’éviter les grosses dérives, sans observer le sol en action, ce qui ne permet pas d’optimiser véritablement l’irrigation à la ferme.

Une pratique devenue courante est le bulletin départemental hebdomadaire, basé sur le bilan hydrique, souvent affiné par un réseau de parcelles de référence en suivi tensiométrique.

Dans ce contexte, en utilisant la tensiométrie à la ferme dans les règles de l’art, avec un audit préalable et un suivi hebdomadaire en saison, on améliore régulièrement les résultats en rendement, économie d’eau, énergie, main d’œuvre. Le sol devient l’allié de l’irrigant, avec l’aide de la tensiométrie, qui permet d’observer le comportement du profil, mieux le comprendre, respecter son fonctionnement pour bien le piloter.

Challenge Agriculture